Les sites religieux et historiques et leurs rôles transformateurs à Paris

Les sites religieux et historiques et leurs rôles transformateurs à Paris

by Rosie Vita

Abstract

Abstract: France has a long religious history, notably Catholicism, and now Islam since the late 19th century and early 20th century when many Muslims immigrated from French colonies, and also a strong presence of secularism both legally and culturally. My question is how religious spaces function today, such as churches and mosques, and how that may be different from their original purpose. After visiting la Madeleine, a large 19th century church located in the heart of Paris, and la Grande Mosquée, the largest mosque in Paris, I concluded that these religious spaces serve as more than just religious spaces, and have become social, historical, and cultural centers for believers as well as tourists and Parisians. La Madeleine hosts many secular events, such as concerts, and most of the visitors were tourists viewing it as a piece of history, not a site of religious pilgrimage. La Grande Mosquée had a more defined religious space, closed to everyone except male Muslims who want to pray, which was being actively used, but also catered to tourists and Parisians with a restaurant and public baths. In fact, it looks like a small town with an exotic garden in the middle and a multitude of houses, besides the Mosque. Finally, both are used as war memorials. Both religious sites serve as secular sites to remember past wars and to serve the community at large, including the tourists.

Depuis la Révolution française, le rôle de la religion en France, et la relation entre l’état et la religion, ont changé radicalement. Ce changement est le plus notable dans la loi de la séparation des églises et de l’état en 1905, qui a fait de la laïcité une partie de la vie politique française. La France a une longue histoire catholique, cependant, et donc il existe plus de 40.000 églises catholiques dans l’Hexagone. D’autres religions co-existent (protestantisme, judaïsme), mais la religion musulmane est la seconde religion en France, en partie grâce aux anciennes colonies maghrébines, d’où ont émigré de nombreux hommes puis des familles.. Avec les deux populations religieuses, le rôle de la religion, et donc le rôle des lieux religieux – particulièrement les lieux religieux avec une signification historique – fonctionnent différemment en France aujourd’hui. Est-ce que les lieux religieux sont visités pour prier et assister au culte, ou bien sont-ils des lieux historiques, publics, et laïcs – visités par des touristes ? Où sont les limites entre les deux rôles, et comment fonctionnent-elles ?

 

Deux exemples de lieux religieux et historiques sont l’Eglise de la Madeleine et la Grande Mosquée de Paris. La Madeleine a été fondée au XIXème siècle : elle a été construite dans un style classique gréco-romain. Quand je l’ai visitée, j’ai noté qu’en plus des événements catholiques comme le catéchisme et les messes chaque dimanche, l’église offre des concerts de musique de Mozart. Même si elle a été construite comme une église catholique, aujourd’hui elle fonctionne comme un centre de la communauté laïque de Paris, et elle organise beaucoup d’événements laïcs, comme des collectes de vêtements et de nourriture, des concerts de musique classique et des expositions d’ art. De plus, l’état français soutient l’église financièrement, et avec des dons publics c’est ainsi que sont financées les restaurations de l’église. Aujourd’hui, en raison de l’emplacement de la Madeleine à Paris, proche de la Place de la Concorde et d’autres sites historiques, son architecture néo-classique, et les événements laïcs, c’est une destination populaire pour les touristes. Je n’ai pas noté beaucoup de croyants, identifiés s’ils faisaient le signe de croix.

La Grande Mosquée de Paris, construite en 1926, a été offerte par le gouvernement français en signe de gratitude aux soldats maghrébins qui ont combattu, dans l’armée française, pendant la première guerre mondiale. La Mosquée est un centre pour des musulmans parisiens, et j’y ai noté beaucoup de musulmans, venus pour prier, particulièrement dans la salle de prière, ouverte seulement aux hommes musulmans. Comme à la Madeleine, les touristes jouaient un grand rôle. A la Madeleine j’y ai vu moins de cinq personnes qui ont prié. A la Mosquée, en dépit de la grande salle de prier réservée pour les croyants, il y avait beaucoup de touristes. La Mosquée satisfaisait des touristes avec une restaurant et les hammams. Là il y avait la majorité de touristes – beaucoup de Parisiens et d’étrangers qui profitaient l’espace. Les deux lieux religieux fonctionnent comme les espaces touristiques.

Un autre aspect similaire des deux sites était les mémoriaux aux première et deuxième guerres mondiales. Cette fonction des lieux religieux comme mémoriaux de guerres m’a choquée. Le mémorial à la Grande Mosquée m’a semblé plus logique parce que la mosquée a été construite comme un cadeau en mémoire aux soldats maghrébins de la première guerre. La Madeleine, cependant, n’a pas une connexion si évidente à la guerre, donc on peut supposer que ces mémoriaux sont un autre exemple de la sécularisation de l’église, et un témoignage que l’église est un lieu de la communauté de Paris, pas juste la communauté catholique.

Cette comparaison des deux lieux religieux montre que les limites entre la religion et l’état, la religion et la laïcité, et les touristes et les croyants sont fluides, même dans une société laïque. A la Madeleine, une église catholique, l’état et la laïcité jouent un grand rôle dans l’église, et donc elle ne fonctionne pas juste comme une église catholique. Elle est aussi, et plus souvent, un lieu public et laïc de la communauté, et toujours ouverte aux touristes. La Grande Mosquée joue un rôle à Paris en dehors de son rôle pour les musulmans et comme la Madeleine maintient un espace pour les touristes. La Grande Mosquée, cependant, réserve une salle de prières seulement pour des hommes, qui ne fonctionne pas comme espace touristique. Cette différence architecturale entre la seule salle fermée de la Madeleine et la multitude des salles à la Mosquée change les interactions entre les touristes et les croyants. A la Madeleine, tout le monde existe ensemble dans une seule pièce, alors qu’à la Mosquée la multitude des salles permet une séparation. La Mosquée ressemble à une ville avec un jardin extraordinaire avec des essences du sud. Ces deux sites fonctionent donc comme sites religieux et laïques.